SUJET : LA TERMINOLOGIE EN TRADUCTION

octobre 2nd, 2020 by Christian Faust - Posted in Français

Cet article aborde l’une des notions essentielles en traduction : la terminologie. Nous examinerons les questions les plus importantes et nous nous pencherons sur les meilleures solutions pour gérer les projets de traduction de façon à garantir leur réussite, à chaque fois.

  • Qu’est-ce que la terminologie ?
  • Pourquoi la terminologie est-elle si importante ?
  • En quoi la gestion de la terminologie est-elle utile ?
  • Comment bien faire les choses ?

En février, un nouveau client a parfaitement résumé le problème :

« Nous avons absolument besoin que la terminologie soit homogène dans toute notre entreprise. Mais il faut que le processus soit simple et l’effort requis minimal, parce-que nos employés sont déjà très occupés par d’autres activités importantes. Comment faire ? »

De nombreuses entreprises sont confrontées à ce même problème. Dans cet article, nous examinerons chacune des questions importantes posées ci-dessus et nous proposerons une solution efficace et réaliste pour atteindre rapidement et facilement l’objectif souhaité.

« Des problèmes surgissent déjà lorsque l’on communique dans une seule langue. Ils augmentent inévitablement de manière significative lorsque les intervenants parlent des langues différentes. » (cf. Arntz, Picht, Mayer – Introduction au travail terminologique, 2002)

Qu’est-ce que la terminologie ?

La terminologie est l’ensemble des dénominations et des termes dans un domaine particulier. Elle englobe tout le vocabulaire technique qui permet une communication efficace et appropriée. En résumé, la « terminologie » unique d’un projet de traduction est constituée de termes propres à un secteur spécifique et/ou à un client donné. Parfois, elle comprend même des expressions ou des termes protégés par une marque.

La base de toute traduction réussie est l’utilisation d’un glossaire. En général, celui-ci existe déjà, mais il peut aussi être créé par le traducteur en accord avec le client.

Selon le secteur et le degré de complexité, il est rarement suffisant de remplacer un mot de la langue source par son équivalent dans la langue cible. Souvent, il est nécessaire de disposer de plus d’informations : domaine, définition, contexte, référence à la source, etc. pour garantir une traduction exacte. Les photos peuvent également être utiles !

« Traduire un texte technique n’est possible que si l’on dispose du vocabulaire spécifique du domaine concerné, de sa terminologie. Le traducteur est tenu de se familiariser avec la terminologie du texte en question avant la traduction proprement dite. » (cf. Arntz, Picht, Mayer – Introduction au travail terminologique, 2002)

Pourquoi la terminologie est-elle si importante ?

On ne saurait trop insister sur l’importance d’une terminologie homogène. L’utilisation d’une terminologie incorrecte ou non homogène représente près de la moitié de toutes les erreurs de traduction et des coûteuses corrections qui en découlent. Une enquête menée par le magazine américain Multilingual a mis en évidence l’un des principaux problèmes auxquels sont confrontées les entreprises internationales qui font traduire leur matériel :

« Près de 80 % des personnes interrogées affirment que le principal problème de leurs traductions réside dans la terminologie : soit il n’y a pas de terminologie spécifique, soit elle n’est pas utilisée de manière homogène. Les glossaires existants ne sont pas mis à jour ou ne sont pas accessibles à l’échelle de toute l’entreprise. »

La terminologie devrait toujours être homogène, et ce dans l’ensemble d’une entreprise. Seule la tenue d’une base terminologique unique et commune permet de garantir l’homogénéité, non seulement de la terminologie, mais aussi de l’identité de votre marque.

Le secteur des langues est habitué à manipuler des expressions, des préférences et des styles différents, mais lorsqu’on est confronté à une terminologie non homogène – en particulier dans la langue cible – la confusion et les besoins de clarification sont fréquents. Les coûts et le temps supplémentaires requis pour clarifier des termes techniques complexes qui n’ont pas été définis correctement peuvent être conséquents. Idéalement, cette situation devrait être évitée dès le départ.

Heureusement, il est facile de la prévenir. Une terminologie uniforme est essentielle pour la bonne compréhension du texte dans la langue cible. Dans certaines circonstances – par exemple pour les instructions d’utilisation d’une machine – il peut s’agir d’un sujet de la plus haute importance. En effet, l’impact peut être significatif sur le fonctionnement, l’entretien, la santé, la sécurité et la prévention des accidents dans une entreprise. Des problèmes qu’il vaut mieux prévenir que guérir !

En quoi la gestion de la terminologie est-elle utile à votre entreprise ?

« Une gestion soigneuse de la terminologie facilite la réutilisation des traductions, permet de réduire les erreurs de traduction, de raccourcir les temps de révision et contribue à simplifier le processus de création et de localisation de contenus. » (cf. Rebecca Schneider dans : The language of localization, 2017)

Il ne fait aucun doute qu’une base terminologique ordonnée et correcte permet d’économiser du temps et de l’argent à long terme (et des maux de tête !).

Une terminologie homogène, à jour et toujours disponible, permet d’éviter de nombreuses incertitudes et questions, qui devront être transmises aux différents services de l’entreprise : production, service clientèle, marketing, ventes… L’objectif final sont la clarté et la fiabilité des contenus.

La meilleure solution consiste à adopter une approche systématique. Pour cela, un glossaire unique doit être constitué, qui sera à la fois utile et obligatoire pour toutes les parties prenantes. Toutes les personnes de l’entreprise doivent avoir connaissance de l’existence de ce glossaire, savoir où le trouver et comment l’utiliser. Et peut-être le plus important : il doit être à jour à tout moment. Un bon conseil : Gérer correctement plusieurs glossaires – sans parler des différentes versions – est tout simplement impossible et va à l’encontre de l’objectif recherché. Tenez-vous-en à un seul et même glossaire, dûment tenu à jour, et commun à toute l’entreprise !

« Un responsable de projet compétent ne se contentent pas de superviser le processus. Il gère également les relations avec toutes les personnes impliquées. Il demande aux clients des informations et des ressources supplémentaires telles que la terminologie, des documents de référence, des informations sur les produits, etc. Il est capable d’anticiper les questions des traducteurs et de les résoudre efficacement. Il communique l’état d’avancement du projet, gère les attentes et facilite le travail de la personne suivante. » Andrew Lawless, PDG de Rockant – Tout est une question de personnes et de relations, dans : Multilingual, juin 2016

Comment bien faire les choses !

Grâce aux processus collaboratifs, la terminologie peut être maintenue et son homogénéité assurée relativement facilement, et sans perdre le temps précieux nécessaire à la traduction proprement dite. L’effort initial de la création de glossaires linguistiques spécifiques d’un domaine est rapidement rentabilisé car ils permettent de réduire les erreurs potentielles, d’éviter les malentendus inutiles et de garantir la qualité de la traduction.

Les solutions ponctuelles, des versions différentes des glossaires terminologiques, l’absence de mises à jour, les lacunes dans la communication, les erreurs répétées… tout ça, c’est du passé !

Les prestataires de services linguistiques (ou LSP, pour Language Service Providers)

Le responsable de projet attitré de votre LSP est le garant d’une bonne gestion de la terminologie. Il se charge de gérer les termes pertinents et spécifiques du client dans sa propre base terminologique (TB, pour Terminology Base).

Chez FaustTranslations.com, nous adoptons la terminologie existante du client et nous nous chargeons de maintenir sa base terminologique en temps réel, tout au long des processus de traduction, de révision et de gestion du projet.

La terminologie doit être prise en compte :

  1. Au tout début du processus de traduction.
  2. Au milieu.
  3. À la fin. (Oui, en définitive, à toutes les étapes !)

Les environnements de traduction à la pointe de la technologie, tels que Smartcat, disposent d’un module intégré de terminologie. Nos clients peuvent s’y connecter facilement et sans frais supplémentaires, bénéficiant ainsi d’un accès immédiat et illimité à leur terminologie dans le système, à tout moment. La terminologie correcte est affichée directement dans chaque document sur lequel travaille le traducteur. Les linguistes sont immédiatement informés de toute éventuelle divergence avec le glossaire du client, ainsi que les éditeurs et le responsable de projet.

« Pour permettre l’application des nouvelles connaissances, il faut d’abord surmonter la barrière de la langue. Cela ne peut se faire sans perdre d’informations que si les principaux vecteurs de cette information, les bases terminologiques, existent ou peuvent être créés. » (cf. Arntz, Picht, Mayer – Introduction au travail terminologique, 2002)

C’est l’ensemble de ces procédés soigneusement gérées et de ces technologies innovantes qui permettent à FaustTranslations.com de proposer à ses clients des traductions de la plus haute qualité, dans les meilleurs délais et au meilleur coût !

Vous voulez en savoir plus sur nos méthodes innovantes de gestion des projets de traduction ? Venez faire un tour sur ce blog de temps en temps ou, encore plus facile : Suivez-nous sur LinkedIn ! Ou… contactez-nous dès aujourd’hui pour savoir comment nous pouvons vous aider !

 

« »