I understand only train station - Termes spécialisés Partie 1

QU'ENTENDONS-NOUS PAR ... ?

Les abréviations et les désignations abrégées dans le secteur de la traduction viennent principalement de l'anglais et ne sont pas immédiatement compréhensibles. Ici, nous vous expliquons quelques abréviations couramment utilisées.

ICR (In Country Review)

Révision de la traduction par un locuteur natif vivant dans la région du groupe cible.
Il s'agit souvent du directeur des ventes ou du marketing de la filiale à l'étranger de la société, qui a une connaissance parfaite du produit, des prestations de service et de la communication dans le marché cible. Le feed-back ICR au traducteur permet d'améliorer la collaboration, d'augmenter la qualité à moyen terme et d'éviter les fastidieux travaux de retouche et de finition.

QUERY

Terme désignant une question dans le cadre du projet de traduction.
En fonction de la qualité du texte, du degré de spécialisation du thème ou du but visé, des questions peuvent surgir lors du processus de traduction. Des projets de traduction complexes, dans le cadre desquels de nombreux fichiers doivent être traduits en plusieurs langues, nécessitent une gestion des requêtes élaborée, permettant au gestionnaire de projet de contrôler le flux d'informations. La gestion des requêtes est étroitement liée à la gestion de la terminologie et des mémoires, mais joue également un rôle important dans l'assurance de la qualité.

CAT (Computer Assisted Translation)

Traduction assistée par ordinateur (TAO), autrement dit la traduction effectuée à l'aide de programmes informatiques.
Contrairement à la MT, ces programmes ne traduisent pas eux-mêmes, mais viennent en aide aux traducteurs au moyen d'unités de traduction enregistrées (mémoires de traduction) et de bases de données terminologiques. Grâce aux outils de TAO, la qualité, les délais de livraison et les coûts sont optimisés.

MT (Machine Translation)

Traduction automatique.
Dans ce processus, un texte rédigé dans une langue naturelle est traduit dans une autre langue naturelle par un logiciel informatique. Étant donné que la traduction mot à mot ne fournit pas un résultat compréhensible, des règles complexes sont développées. Dans le cas de textes hautement standardisés (selon la combinaison linguistique), des résultats intéressants sont désormais atteints. Un travail de finition par un traducteur humain reste nécessaire dans tous les cas.

ML (Machine Learning)

Apprentissage automatique.
La combinaison de la MT avec le ML auto-adaptable permet un nouveau paradigme. De tels systèmes sont capables d’apprendre de l'expérience, de l'intelligence et de la connaissance de leurs utilisateurs humains, mais aussi d’accroître la productivité, d’émettre des suggestions et d’augmenter la précision au fil du temps. La société californienne Lilt, start-up de l'Université de Stanford et partenaire de FaustTranslations.com, travaille sur cette nouvelle technologie qui conduira au développement futur du secteur de la traduction.

STYLE GUIDE

Code typographique qui décrit comment construire une traduction.
Le guide de style assure la cohérence entre les textes et permet ainsi la création ou la sauvegarde de l'identité d'entreprise. Les expressions et représentations sont normalisées.

Le guide de style peut notamment spécifier les règles de grammaire, les polices et les tailles, le format des légendes, etc. à appliquer. Certains guides de style comprennent plus de 100 pages d'instructions et d'exemples (par ex. Microsoft). Dans la pratique, un volume bien plus faible suffit.

Cliquez ici pour accéder à la partie 2 de notre série.

Suivez-nous sur Twitter : @FaustT9ns 

Partager surGoogle+LinkedIn